Accidents de la route : l’alcool et le téléphone au volant mis en cause

Prévenir les accidents mortels de la route

Récemment, une étude initiée par la délégation interministérielle à la sécurité routière et menée par les chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale – Inserm et de l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux – Ifsttar vient de mettre en évidence le rapport entre le téléphone au volant et les accidents grave de la route. La sécurité routière envisage également de prendre des mesures importantes pour limiter l’abus d’alcool chez les jeunes au volant.

Recherche de solutions pérennes pour limiter les accidents mortels

En 2009, un accident corporel sur dix a été causé par un conducteur au téléphone. Le danger est le même qu’il utilise un kit main libre ou le combiné à la main. Le risque d’accident est trois fois plus élevé pour une personne faisant usage de son téléphone portable pendant la conduite.

En guise de solution, plusieurs voies sont envisagées. A titre d’exemple, le téléphone sera mis en veille lorsque la personne prend le volant. Tous les appels seront transférés sur sa messagerie vocale. Il y a également la mise en place d’un message d’alerte qui se déclenchera toutes les trois minutes lorsque la conversation téléphonique perdure.

Baisse du taux d’alcoolémie autorisé chez les jeunes conducteurs

La sécurité routière est en train de réfléchir sur les meilleurs moyens de limiter les risques d’accidents chez les jeunes au volant. Parmi les pistes envisagées, on peut citer la diminution du taux d’alcoolémie autorisé chez les jeunes lorsqu’ils sont au volant. Si auparavant il était de 0,5 gramme par litre, il passera à 0,2 gramme par litre. Cette quantité correspond à un demi verre de vin. Rien qu’en 2009, 1 200 personnes ont péri à cause de l’alcool au volant.

Laisser une réponse:

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.